Rollers à Paris : des randos pour voir la ville autrement

SHARE


Place de la Bastille, 14 h 30. Les rollers à Paris rassemblent, le dimanche, des milliers d’adeptes. Un coup de sifflet surfe une fraction de seconde sur le bourdonnement des voix et des rires. Le signal du départ est donné et le cortège s’ébranle doucement. C’est parti pour 15 à 25 km en rollers à Paris. Un rire de fille cascade dans les oreilles et rebondit sur un rayon de soleil généreux. Le printemps s’est installé à Paris, la ville du roller. Le long cortège glisse sur le bitume de la capitale et traverse les rues, les avenues et les boulevards. On passe devant le jardin des Plantes. Un patineur tient en laisse un petit chien blanc. Plus loin, quelques autres sont déguisés. Une fille arbore une perruque verte et son compagnon une redingote et un chapeau haut-de-forme. Plus haut dans le cortège, un homme porte un kilt, il règne comme un petit air de fête.

Pendant les beaux jours, cette rando à rollers peut réunir jusqu’à 20 000 personnes. Organisée par l’association Rollers et Coquillages depuis 1997, elle propose une visite inédite et vibrante d’un Paris comme vous ne l’avez jamais vu. Les enfants l’adorent et l’appellent “la rando coquillages”. Les mordus préfèrent l’appeler “la rando des bulots”. On y croise des débutants, des collègues, des familles, des experts de tous les âges. Le rythme est doux. C’est la balade idéale pour débuter en rollers à Paris, s’y remettre en douceur, ou pour un rendez-vous avec des copains pas encore bien remis de leur soirée de la veille.

Place Denfert-Rochereau, les pavés ralentissent les rollers. Des parents poussent vaillamment une poussette où un bébé, tout sourire, a la vie belle derrière ses lunettes de soleil. Des grappes de jeunes patineurs slaloment entre les randonneurs en les esquivant au dernier moment avec une maîtrise assumée, et frôlent le sac à dos musical d’un grand garçon dégingandé. L’espace d’un instant, des rythmes latinos s’engouffrent dans les oreilles. À l’arrière de la rando, un homme roule et chante en s’accompagnant d’une guitare. Soudain, une brochette de cinq patineurs déboule. Ils remontent la rando en s’accrochant les uns aux autres comme une chenille un peu folle. Des groupes d'”anciens” roulent en métronome, les narines en l’air et le sourire aux lèvres.

Rando de jour ou rando de nuit ?

Cette randonnée du dimanche est certes réputée, mais ce n’est pas le seul rendez-vous du roller à Paris. Loin de là ! Un rassemblement encore plus important démarre tous les vendredis de Montparnasse. Pour les noctambules cette fois-ci puisque le coup d’envoi est donné à 22 heures. Le parcours de sport festif dure trois heures à travers les rues de la capitale. C’est la “Friday Night Fever” créée en 1993 et organisée aujourd’hui par l’association Pari Roller. C’est le plus grand rassemblement hebdomadaire de patineurs, tant et si bien que certains tour-opérateurs l’ont inscrite à leur programme.

Mais attention, contrairement à la rando du dimanche, celle-ci est rapide, le rythme assez soutenu avec de bonnes descentes, des tunnels et des pavés. Bref, les débutants devront encore s’entraîner avant d’y participer car c’est le rendez-vous des patineurs confirmés. Les rues, boulevards, avenues s’enchaînent au fil des 27 à 30 km que compte la rando. Les pauses en cours de parcours le sont pour profiter des spots célèbres du patinage parisien, comme le Trocadéro, le palais Royal ou les Invalides. L’occasion de profiter des exhibitions des danseurs de Roller’N’Fun, de démonstrations de slalom ou de concours de slide, un freinage glissé un peu comme au ski. Sensations garanties !

Place de la Bastille

Place de la Bastille Paris IDF

Get Directions
[gmw_results]

Our writers' favourites

X
- Enter Your Location -
- or -