Opéra national de Paris : Garnier ou Bastille, à vous de choisir !

SHARE


Carmen, La Flûte Enchantée, La Traviata ou Le Lac des Cygnes, Casse-Noisette, La Bayadère. Tous ces noms vous font vibrer, vous enchantent, vous bouleversent. Bienvenue à l’Opéra national de Paris !

Opéra Garnier, Opéra Bastille : la dualité des lieux

La bataille fait rage entre les adeptes du Palais Garnier et les aficionados de l’Opéra Bastille. Le premier est un monument historique qui se visite comme on visiterait le Louvre, un vestige de l’ère napoléonienne, un chef-d’œuvre architectural. Un édifice majestueux, avec ses allées, ses grands vestibules, ses balcons, sa loggia. Un lieu magique. Chaque centimètre carré vous transporte : une fois que vous êtes installé à votre place, levez la tête et admirez le plafond (polémique) peint par Chagall. Une œuvre d’art dans l’œuvre d’art. Le second est un immense vaisseau de 155 000 m2 pouvant accueillir quelque 2 700 personnes dans sa grande salle. Moderne, sobre, élégant. L’édifice, tout en verre et en transparence, sort de l’imagination de Carlos Ott, un architecte uruguayen. L’ensemble est d’un blanc crème, les détails noirs et bois. Il a été inauguré le 13 juillet 1989, pour l’anniversaire du bicentenaire de la prise de la Bastille.

Une atmosphère partagée entre Garnier et Bastille

Lorsque vous pénétrez dans le Palais Garnier, le charme opère instantanément. La foule s’est mise sur son trente-et-un. Les femmes rient à gorge déployée dans le grand foyer. Les hommes arpentent les balcons, un cigare à la main. Des amoureux s’enlacent sous la rotonde. L’ambiance est festive. À la Bastille, il règne un calme olympien. Seule la sonnerie annonçant le début des représentations interrompt le silence. Vous aurez la sensation d’être dans une église ou dans un musée, comme si l’art et le spectacle méritaient le respect. Les spectateurs se déplacent tranquillement pour ne pas troubler ce noble moment. À l’entracte en revanche, l’ambiance s’harmonise. Elle est la même, peu importe le lieu. Des fillettes, rêvant de devenir des petits rats de l’Opéra, virevoltent. Les spectateurs se racontent leurs impressions sur la première partie du spectacle. Et n’attendent qu’une chose : que la deuxième partie commence.

Palais Garnier et Opéra Bastille, un programme complémentaire

L’acoustique de la grande salle de la Bastille a été particulièrement travaillé. Où que vous soyez assis, vous entendrez parfaitement la musiques et les chants. Ceci explique que la grande majorité des opéras chantés y soient mise en scène. Mais en regardant les deux programmes, vous constaterez que les grands opéras classiques comme La Bohème de Puccini et Don Giovanni de Mozart se partagent la vedette avec des spectacles moins connus comme Alceste de Gluck ou Le Roi Arthus de Chausson. La volonté de la direction est de trouver la juste parité entre les opéras abordables et populaires et des œuvres plus pointues. Du coté du ballet, l’arrivée de Benjamin Millepied en tant que directeur de la danse à l’Opéra national de Paris a mis un coup de pied dans cette fourmilière ronflante. Là encore, l’équilibre entre ballets classiques et modernes est notable dans les deux lieux. Même si Noureev demeure le chorégraphe-vedette avec ses danseuses en tutus, de plus en plus de ballets modernes sont programmés.

Il ne vous reste plus qu’à choisir. Opéra ou ballet ? Palais Garnier ou Opéra Bastille? Quoi qu’il en soit, faites un tour à l’Opéra national de Paris, vous ne serez pas déçu.

Priceless Cities vous réserve des offres spéciales pour profiter de l’Opéra national de Paris : à découvrir ici.

Opéra Bastille

8 Rue Scribe Paris IDF 75009

+33 (0)1 40 01 19 70

Get Directions

Our writers' favourites

X
- Enter Your Location -
- or -