La butte Montmartre, le Paris des romans et du grand écran

SHARE


Bénédictines, communards, artistes peintres : le quartier de la butte Montmartre est particulièrement contrasté et n’a rien perdu de sa gloire passée. Pris d’assaut par les touristes tout au long de l’année, par les artistes et les Parisiens chaque week-end, découvrez la magie de ce quartier prisé, où même les prix de l’immobilier ne cessent de grimper. Direction ligne 2 et le métro Anvers. Une fois sur place, dirigez-vous vers la basilique du Sacré-Cœur. Après avoir gravi plus d’une centaine de marches, reprenez votre souffle en admirant l’une des plus belles vues de Paris.

La butte Montmartre – ou Mons Martyrium (Mont des Martyrs) – fut le théâtre de terribles persécutions romaines contre les populations chrétiennes. Au IIIe siècle, l’évangélisateur des Parisiens fut décapité par l’armée romaine. La légende raconte qu’il attrapa sa tête et marcha jusqu’à Saint-Denis pour s’y effondrer. La butte est depuis devenue un important lieu de pèlerinage à sa mémoire. Des fidèles du monde entier viennent à la basilique du Sacré-Cœur assister à l’une des nombreuses messes ou vêpres célébrées chaque jour.

Au XIIe siècle, le Mons Martyrium passa sous la tutelle des Bénédictines, qui résidaient place des Abbesses et produisaient leur vin issu des raisins de la butte. Les vignes ont été conservés et sont visibles au 18 rue des Saules, dans le clos de Montmartre. Chaque mois d’octobre est l’occasion pour les habitants du quartier de récolter les grappes et de célébrer les vendanges, au cours desquelles quelque 1 700 bouteilles sont produites et vendues aux enchères.

En poursuivant rue Cortot, vous partirez alors à la découverte du Montmartre communard et bohème. Le quartier fut le berceau de la Commune pendant le siège de Paris en 1870. Louise Michel, figure de l’insurrection, aurait vécu dans cette rue, là où se situe désormais le musée du quartier. C’est également rue Cortot, une vingtaine d’années plus tard, que le Montmartre des artistes à vu le jour. À partir de la fin du XIXe siècle, il était possible d’y croiser Géricault, Renoir, Degas, Cézanne, Dufy, Apollinaire, Braque ou encore Picasso qui fréquentait le cabaret Le Lapin agile. Aujourd’hui, les peintres ont transformé la place du Tertre en un immense atelier à ciel ouvert. Portraits de touristes, aquarelles, tableaux impressionnistes y sont créées sous vos yeux. Dégustez un café autour de la place, plutôt le matin, et admirez les peintres à l’œuvre.

Au-delà de son inspiration artistique, Montmartre ne serait pas Montmartre sans ses joyaux architecturaux. Partez à la découverte des immenses bâtisses haussmanniennes de l’avenue Junot. À travers les fenêtres des appartements, vous pourrez admirez les moulures et les lustres d’époque. Hors des sentiers battus, plusieurs rues secrètes dans le quartier valent aussi le détour : la rue Léandre par exemple abrite uniquement des maisons (rares dans la capitale) construites dans les années 1920. Poursuivez votre balade jusqu’au Moulin de la Galette, le dernier moulin à vent fonctionnel du quartier. Autrefois une trentaine de moulins broyaient du grain ou du plâtre à Montmartre.

Avant de quitter les lieux, arrêtez-vous aux Abesses, où les boulangeries sont particulièrement réputées pour leurs délicieuses pâtisseries. La boulangerie Alexine, au 40 rue Lepic, propose des croissants aux amandes et des meringues sucrées à tomber, ainsi que l’une des meilleures baguettes de Paris. Au 15 de la même rue, la devanture du café des Deux Moulins vous rappellera certainement quelque chose… Non ? Alors il est grand temps pour vous de regarder à nouveau le film Amélie Poulain. Quand Montmartre inspire le grand écran…

  • Montmartre

    75018 Paris

Our writers' favourites

X
- Enter Your Location -
- or -